Investir à l’étranger, fausse bonne idée ?

Il est légitime de vouloir aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte . Mais, investir à l’étranger, est-ce vraiment intéressant ? Les différences fiscales, culturelles et sociales peuvent créer des opportunités mais elles sont aussi source de pièges et de risques importants…

 

Faut-il investir à l’étranger ?

On remarque de plus en plus d’articles sur le web dressant des listes des pays où investir. Pourtant, acheter un bien immobilier à l’étranger ne comporte pas que desinverstir-a-letranger avantages, au contraire. Les inconvénients lorsqu’on décide d’aller investir à l’étranger sont bel et bien réels, mais malheureusement moins mis en avant.

Ne vous fiez pas aux sites internet qui ne jurent que par l’investissement à l’étranger, derrière des belles photos et des articles bien rédigés, il pourrait se cacher quelques pièges pour vous pousser à débourser de l’argent.

Investir à l’étranger, une idée pas si bonne que ça

Peu importe le pays, investir dans un bien immobilier à l’étranger n’est pas forcément une bonne chose. Lorsqu’on prend le risque d’acquérir, mieux vaut se trouver à proximité de son investissement pour pouvoir le gérer rapidement et efficacement.

Une gestion difficile depuis un autre pays

Si vous n’avez pas de proche dans la ville où vous investissez, vous allez devoir déléguer la gestion de votre bien à un organisme. De cette façon, vous n’êtes plus totalement « maître » de votre investissement, mais il est impensable de faire l’impasse sur la délégation de gestion.

probleme-de-gestion-investissementPar exemple, si votre locataire vous appelle pour vous signaler un problème dans le logement, vous devez pouvoir réagir rapidement, ce qui ne sera pas le cas si vous êtes à des milliers de kilomètres. La gestion pourrait devenir encore plus compliquée si la barrière de la langue survient, il vous faudra une personne en capacité de faire le lien entre vous et votre interlocuteur si vous souhaitez investir.

Des législations et des coutumes différents et pleins de subtilités

Investir à l’étranger est également risqué à cause des différences de législation qui existent d’un pays à un autre. Même si certaines règles fiscales peuvent sembler évidentes en France, elles ne le sont pas forcément à l’étranger. Chaque pays possède ses spécificités qui pourront vous pénaliser si vous ne les connaissez pas.

Par exemple, saviez-vous qu’au Vietnam il est interdit pour un étranger de posséder plus d’un seul bien ? Un autre exemple prouve que les législations peuvent énormément investir-en-thailandechanger d’un pays à un autre. En Thaïlande, un étranger ne peut pas acheter directement un bien foncier. Si vous achetez un bien Thaïlandais, vous serez propriétaire de la maison mais pas du sol sur lequel elle a été construire. Cet élément pourrait rendre la revente de votre bien difficile. On peut citer également le Maroc où certains endroits sont soumis à la Loi coranique. Cette Loi destine la vente d’un bien uniquement aux Marocains. Ces éléments ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres.

Même si vous pensez être bien renseigné, certaines subtilités pourront encore vous échapper et mettre à mal votre investissement. De plus, il va falloir que vous vous teniez informé régulièrement des modifications de la législation en vigueur dans le pays où vous avez investi. Si une modification survient, il vous faudra réagir vite pour rester dans le cadre de la Loi, ce qui pourra être difficile si vous êtes à une longue distance de votre bien.

 

Une fiscalité peut-être pas aussi avantageuse qu’annoncée

La fiscalité pourra également vous poser problème quand vous partirez investir à l’étranger car elle répond à certaines règles qui ne correspondent pas forcément aux attentes des investisseurs. Premièrement, une fois que vous avez acheté un bien, vous êtesfiscalité investissement dans l’obligation de vous acquitter des taxes locales. Ensuite, si vous louez un bien à l’étranger, vous devez obligatoirement déclarer l’intégralité de vos revenus locatifs à l’administration de votre pays d’imposition. Si vous avez votre résidence fiscale en France, vous payez l’impôt français sur tous vos revenus, même ceux en provenance de l’étranger.

Les personnes mettant en avant l’argument des paradis fiscaux pour investir à l’étranger sont donc hors de la législation, un investissement dans un autre pays ne vous dispensera pas de payer vos impôts en France. Toutefois, une convention fiscale existe entre la France et certains pays de l’Union Européenne permettant aux contribuables d’éviter la double imposition sur les revenus. Il est donc important de se renseigner sur ce point si vous décidez vraiment d’investir à l’étranger.

Un marché qui change

Il faut se méfier des articles qui affichent des destinations lointaines comme étant des paradis de l’investissement. Même si à un instant T, le marché est attractif, il ne le sera peut-être plus dans quelques années. Les fluctuations du marché sont les mêmes que chez nous en France, alors l’argument ne peut pas être décisif pour un investissement.

Quelques informations à connaître si vous voulez (quand même) investir à l’étranger

Avoir des proches dans un pays étranger est optimal si vous voulez investir, ils pourront vous aider à gérer votre bien au mieux. Toutefois, si vous ne connaissez personne qui peut s’occuper de la gestion de votre bien à votre place, il est préférable de mettre toutes les chances de votre côté pour éviter les problèmes qui peuvent survenir.

Bien s’informer sur le pays et sa législation avant d’aller investir à l’étranger

Comme nous l’avons évoqué précédemment, il est important de s’informer au préalable de la législation et des us et coutumes en vigueur dans un pays. Par exemple, il est important de vérifier le cadastre, mais seulement quand il existe. En Grèce, ce document n’existe pas. Au Maroc et en Tunisie, uniquement les zones urbaines sont bornées correctement. Toutes ces subtilités sont à connaître avant de se lancer dans l’investissement.

cadastre-investissement-etranger

Pour être au fait de la législation, vous pouvez faire appel à un professionnel francophone qui se trouve dans le pays où vous souhaitez investir. Sur le site ambafrance des différents pays, vous pouvez trouver une liste d’avocats et de notaires qui seront à même de comprendre votre situation et de vous aider. Faire appel à un professionnel est le meilleur des choix car il sera au fait des législations en vigueur.

Pour être certain des informations qui vous sont transmises, vous pouvez appeler plusieurs spécialistes avant de vous lancer. Si vous désirez vraiment acquérir un bien, il est également préférable de prendre rendez-vous avec un de ces professionnels une fois sur place. Même si cela peut avoir un coût, mieux vaut dépenser un peu pour être sûr de ne pas perdre de l’argent plus tard.

 

Déclarer l’argent transporté hors de France à la douane

Il existe également une règle importante qu’il faut garder à l’esprit. Si vous décidez d’investir, vous ne pouvez tout simplement pas partir avec l’argent à l’étranger sans rien faire. La législation vous oblige à déclarer tout transfert de plus de 10 000 euros hors de France à la douane. Cette règle ne s’applique pas uniquement à l’argent liquide, les virements bancaires sont également soumis à cette législation. Toutefois, dans le cadre d’un virement, c’est votre banquier qui sera en charge de faire le signalement du transfert de fonds à l’administration. Ces mesures ont été mises en place pour éviter les problèmes de blanchiment d’argent.

 

Se rendre sur place et ne pas toujours se fier à internet

Même si internet permet aujourd’hui de comparer facilement les opportunités et de annonces investissement immo sur internettrouver un bien attractif à acquérir, il vaut mieux se rendre sur place afin de se rendre compte par soi-même de l’état du marché avant d’investir. De même lorsqu’il s’agît de choisir votre bien, vous ne pouvez vous fier à personne pour choisir là où ira votre argent. Veillez à prendre connaissance du secteur, de l’état du bien et de tous les petits détails qui pourraient pénaliser la rentabilité de votre investissement. De jolies photographies bien mises en valeur sur un site internet ne doivent pas être l’argument qui vous pousse à débourser des fonds.

 

Regarder attentivement les offres de prêt

Il faudra également être très vigilent concernant les offres de prêt. Si vous formulez votre demande sur place, il faudra décrypter l’offre avec soin. Est-ce que c’est un emprunt à taux fixe ou bien à taux variable ? Beaucoup de législations ne vous protégeront pas autant qu’en France, il est donc impératif d’être prudent. Même si ce n’est pas toujours évident, il est préférable de souscrire à un emprunt en France pour éviter de se retrouver dans une situation difficile.

 

Ne pas se laisser tenter par des annonces trop belles pour être vraies

Faites également attention aux annonces trop alléchantes. On en voit de plus en plus concernant de somptueuses villas, notamment à Miami. Ces offres sont souvent accompagnées de promesses de reventes permettant de réaliser une plus-value de 100%, le tout très rapidement. Après la crise financière et l’éclatement de la bulle immobilière, un grand nombre d’Américains se sont retrouvés sans domicile et ce sont leurs biens qui sont proposés. En investissant dans un de ces biens, vous pourriez vous retrouver inquiété et faire l’objet d’une procédure pour un achat à vil prix.

 

Confier la gestion de votre bien à l’étranger 

Avoir une personne qui s’occupe de votre bien sur place est essentiel. Vous ne pouvez pas mettre votre bien en location sans avoir quelqu’un sur les lieux pour pouvoir réagir en cas de problème. Toutefois, vous ne pouvez pas confier la gestion de votre bien à n’importe qui, si vous souhaitez malgré tout investir à l’étranger il vous faudra donc trouver une personne de confiance pour vous assurer que votre investissement soit entre de bonnes mains.

En conclusion

Même si certains éléments comme les impôts ou les charges peuvent vous dissuader d’investir en France, il est tout de même préférable de faire un investissement à côté de chez soi plutôt que d’investir à l’étranger. Malgré quelques inconvénients, il y aura toujours de bonnes affaires à saisir. De plus, vous garderez la main mise sur votre bien sans vous inquiéter des agissements d’un gestionnaire que vous ne connaissez pas vraiment ou des us et coutumes d’un pays que vous n’avez pas parfaitement saisis.

Photo de profil

Antoine Debergh, 26 ans #Entrepreneur